Home
Le transport fluvial est-il pris au sérieux ? PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Philippe DE TROY   
Vendredi, 18 Décembre 2009 22:10

« Le transport fluvial constitue aussi une alternative fiable, économique et écologique au transport de marchandises par route. La Direction de la Promotion des Voies navigables et de l'Intermodalité peut utilement conseiller les entreprises confrontées au transport de marchandises. Une diminution de la part routière augmentera la fluidité du transport des personnes »

Ce n'est pas Ecolo qui le dit, la citation vient du site Web www.wallonie.be.  Mais au-delà des belles déclarations, la réalité est décevante.

 

Nous disposons d'un outil exceptionnel, les canaux de Charleroi à Bruxelles et du Centre.  Avec des ouvrages d'art que le Monde entier admire, le Plan incliné de Ronquières et l'Ascenseur funiculaire de Strépy-Thieu.  Mais le Service Public Wallonie (SPW) croit-il réellement en ses outils ?  On peut se le demander en constatant que, le 8 décembre, le plan incliné de Ronquières a été mis à l'arrêt pour plus de 10 jours, suite à une défaillance de pièces usées.  Pire, alors que depuis des années, un seul bac est en service, aucun effort n'a été fait pour remettre l'autre en état de fonctionnement pour assurer la continuité du service en cas de panne de l'autre bac.

On répond aux bateliers qu'ils 'ont qu'à faire le tour.  Si la destination est Mons ou la France, faire le tour par Bruxelles, le canal maritime, l'Escaut par Gand et Tournai... Si la destination est Charleroi, Bruxelles, Anvers, Canal Albert, Meuse, Sambre...

Tant le Plan incliné que l'Ascenseur funiculaire travaillent à moins de 50% de leur capacité.  Il existe donc un joli potentiel de développement.  Or après avoir atteint des chiffres records, multipliant le volume transporté par 9 entre 2000 et 2006 (de 250 000 T à 2,3 MT) le tonnage passant par l'ascenseur stagne.

A Ronquières, le trafic stagne également à 3 MT, sur le canal vers Charleroi, le tonnage descendant est stable à 1,3 MT, mais le trafic montant a chuté de plus de 25% entre 2006 et 2008.  Ici, on se plaint de plus en plus de la vétusté des trois écluses, régulièrement en panne.  A quand une modernisation de ce tronçon ?

De grosses sociétés comme Holcim à Obourg ou Caterpillar à Gosselies se détournent du trafic fluvial, faute d'avoir reçu de la Région wallonne des garanties quant au calendrier des travaux sur les voies navigables, et les éoliennes d'Estinnes sont arrivées de Flandre par la route.