Home Actualités Une balade autour de Manage, pourquoi, comment ?
Une balade autour de Manage, pourquoi, comment ? PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Philippe DE TROY   
Lundi, 16 Septembre 2013 22:58

Le développement de l'automobile dans les années 60 a fait sombrer dans l'oubli de nombreux itinéraires de mobilité douce, dans les villages, mais aussi et surtout entre les villages, certains aujourd'hui englobés dans une grande commune fusionnée, d'autres encore plus séparés par la fusion des communes, qui a éloigné les centres de décision.

En même temps, les transports ferroviaires, tant de voyageurs que de marchandises, ont été délaissés.  Le tram qui sillonnait nos campagnes a disparu, ne laissant que des traces à peine perceptibles sur des photos satellites.  Des lignes de chemin de fer ont été désaffectées, déferrées, laissées à la nature qui les a recolonisées.  Et ceci en particulier autour de Manage, qui a perdu son statut de nœud ferroviaire majeur avec la mise en service de la dorsale wallonne et en particulier de la section Charleroi - La Louvière par Piéton (ligne 112).  Ce qui, combiné à l'abandon des lignes industrielles liées à l'activité charbonnière, a entraîné la fermeture puis l'abandon de la ligne 113 Piéton - Manage au nord de Bascoup.

 

 

Aujourd'hui, on ressent le besoin d'abandonner l'automobile pour des déplacements qui n'imposent pas l'automobile, que ce soient les déplacements journaliers vers l'école ou le lieu de travail (les "cyclistes au quotidien") ou les loisirs.  Mais les itinéraires ont peu à peu disparu, repris par la nature ou accaparés par des propriétaires privés.  On peut considérer qu'un déplacement quotidien de moins de 1,2 km devrait se faire à pied (15 minutes), et moins de 8 km dans chaque sens à vélo (30 minutes).  Or dans notre région, la plupart des villages sont distants l'un de l'autre de moins de 4 km.  Un petit quart d'heure à vélo. Mais en pratique, faute d'itinéraires adaptés, ce n'est plus possible.

 

Chaque usager a ses spécificité.  Le piéton cherchera la distance la plus courte et pourra affronter des côtes assez fortes.  Il appréciera moins les fortes descentes.  Le cycliste, lui, cherchera bien sûr une distance courte mais il évitera les côtes à 3%, ne remarquera pratiquement pas celles à 1,5%, et sera gêné si elles dépassent 6%.  Et bien entendu, il appréciera les itinéraires au revêtement bien plat.  Et la cohabitation avec les autos, sur les routes de campagne étroites, ne se passe pas bien.
Eh bien, voilà ce qu'on ne trouve plus chez nous, sauf, miraculeusement, sur de courtes sections.  Aller d'un village à l'autre, au sein d'une commune, ou vers une commune voisine, dans des conditions de distance, de pente et d'état de la route acceptables ne se fait plus que par des routes plus longues, certaines si fréquentées et si mal aménagées qu'on y a interdit la circulation des piétons et des cyclistes.   Les autres routes principales sont souvent dépourvues de pistes cyclables, ou décorées d'un pointillé, parfois effacé, sur le revêtement, piste présumée cyclable qui mène le cycliste à travers une piste d'obstacles bien inconfortable et dangereuse, nids de poules parfois cachés au fond d'une flaque d'eau, ronces et aubépines adorées par nos pneus, sections mal pavées ou rebouchées sommairement en laissant des bosses d'asphalte.

On aurait tout avantage à réhabiliter par exemple d'anciennes voies ferrées comme la ligne 113 entre Manage et Bascoup, la ligne industrielle 265 qui la reliait au quai de la Branche de Bellecourt à Seneffe (La Marlette) et la ligne 141 entre la sortie de Seneffe et le passage sous la RN59 (rue Jean Perrin, à l'entrée de Manage).

 

Notre balade a vélo passe par le territoire des communes co-organisatrices (Manage, Seneffe, Chapelle-lez-Herlaimont et La Louvière) ainsi qu'à Morlanwelz.  Elle permet de mettre en évidence toute une série d'aménagements inadaptés et d'obstacles rencontrés par les cyclistes :

 

  • l'itinéraire le plus favorable est en sen interdit alors que, légalement, la commune est tenue de l'aménager en Sens Unique Limité (SUL) autorisant la circulation des cyclistes en sens inverse (rue Frison à Manage) ;
  • la surface est dans un état qui ne permet pas de garder le contrôle du vélo (le chemin au bout du quai de la branche de Bellecourt à Seneffe par temps humide, le passage de la ligne 113 sous la RN59 à Chapelle-lez-Herlaimont) ;
  • la pente est assez forte, inutilement si elle est de pente irrégulière (rue du Saussois, Chapelle) ou très forte (toutes les rues montant de la vallée de la Haine vers Jolimont et La Hestre) ;
  • l'itinéraire est accessible aux autos, étroit et sinueux et avec faible visibilité, et fréquenté par des automobilistes pressés.
On déplorera aussi l'absence de signalisation (à l'exception de quelques itinéraires dont un Seneffe - Morlanwelz et Seneffe - Chapelle-lez-Herlaimont à Manage), et une signalisation imparfaite des SUL à La Louvière panneau additionnel M2 sous le signal C1 sens interdit et M4 sous le F19 sens unique, mais ni M2 ni M4 sous le C31 interdiction de tourner à gauche ou à droite (rue de la Libération, La Louvière)...
Mise à jour le Samedi, 21 Septembre 2013 20:35